Faire son bout de chemin sur les médias sociaux

Voici à quoi ressemble mon réseau sur LinkedIn, réalisé avec inmaps.linkedinlabs.com

Pour entrée dans le vif du sujet, je pourrais indiquer mille et une raisons de l’intérêt d’utiliser les réseaux sociaux : s’informer, veiller, échanger,se questionner, apprendre avec les autres (social learning), mutualiser, échanger, communiquer (aussi promouvoir ses articles de blog #ITyPA ou valoriser sa veille), garder un lien en continu avec ses contacts, élargir son réseau, se constituer un réseau d’experts sur un sujet précis, trouver (parfois) du travail (au moins des contacts), se faire (re)connaître sur le web, …

Oui mais voilà si vous y êtes déjà, vous êtes (sans doute) déjà convaincu que l’on peut faire tout cela… pas du jour au lendemain certes. Il faut bien prendre en compte que cela prend aussi du temps de construire son propre réseau. Si vous n’y êtes pas, je ne suis pas sûre de vous avoir convaincu là comme ça… mais bon la semaine du MOOC ITyPA n’est pas finie 🙂

Certains comme ce conseiller en communication indique dans un billet qu’il est quasi-impossible de former « les gens » aux réseaux sociaux. Encore un provocateur… mais je reprends quand une même une de ses citations qui me semble bien intéressante :

Le meilleur conseil que j’ai pu donner à des gens qui me demandaient de les former aux réseaux sociaux a toujours été de leur recommander de les utiliser de la manière la plus spontanée possible et de revenir vers moi avec leur retour d’expérience de quelques années.

Je suis d’accord avec lui dans le sens où je pense que la meilleure façon de connaître l’intérêt des réseaux sociaux est encore de tester soi-même avec ses propres objectifs, de s’immerger, d’observer, d’expérimenter… un peu comme dans ce MOOC, parce qu’un MOOC vu de l’intérieur c’est quand même pas pareil que vu de l’extérieur, idem pour les réseaux sociaux.

Mon article pourrait s’arrêter là mais j’ai quand même essayé d’expliquer étape par étape comment faire un bout de chemin sur les réseaux sociaux, à partir de mon retour d’expérience.

Voilà ce que ça donne en infographie. J’ai repris l’infographie que j’avais créée pour une intervention médias sociaux pour une entreprise mais celle que je vous présente ici est plus pour développer sa présence personnelle sur le web. Les explications pour cette nouvelle infographie se trouvent dessous [Désolée pour le manque d’accents, easel.ly, outil pour créer des infographies, ne le les aiment pas]


easel.ly

– Avant de se lancer à corps perdu sur un média social, la 1ère étape consiste à définir ses objectifs, et oui encore et toujours, on en revient toujours là. La curiosité ou essayer d’en comprendre l’intérêt peuvent une porte d’entrée mais après à voir si c’est suffisant. En fonction de ses objectifs et de sa cible (Sur quel média social sont vos potentiels connexions de contacts ?), on choisira les médias sociaux adéquats. On pense immédiatement aux médias sociaux généralistes comme Facebook (parce que c’est le plus fréquenté) et Twitter (parce que c’est le plus réactif), mais il y en a plein d’autres comme le montre ce panorama des médias sociaux 2012 de Frédéric Cavazza. Par exemple, on peut suivre et interagir avec des blogeurs sur WordPress, des curateurs sur Scoop.it… comme nous indiquait François Magnan dans son intervention. Penser aussi aux réseaux sociaux professionnels comme Viadeo et LinkedIn pour les chercheurs d’emplois, pas pour trouver forcément du travail du 1er coup mais au moins se renseigner auprès de contacts. L’intérêt est aussi par la suite d’en combiner plusieurs (sans envoyer systématiquement les même messages partout) en utilisant des applications mash-up comme Hootsuite un véritable tableau de bord comme l’explique Odile Dupont dans son article.

– S’identifier clairement : avatar ou photo (selon son degré de pseudonymat), description en cohérence avec ses objectifs et liens sur ses publications web : blog, e-portfolio, Scoop.it… Au passage, jeter un oeil et plus même c’est mieux sur les paramètres et les CGU (conditions générales d’utilisation).

– Commencer à s’activer en indiquant du contenu en adéquation avec ses objectifs du départ. Cette étape et l’étape d’avant me paraissent essentielles avant de suivre des personnes si vous souhaitez qu’elle vous suivent en échange. Sur Twitter, ce n’est pas nécessaire mais c’est quand même mieux de ne pas être isolé sur un réseau social, c’est un peu un comble sinon, non ?

– Se relier : par où commencer ? par les personnes que vous connaissez (par exemple les participants #ITyPA ) est un premier pas puis ensuite vous allez voir avec qui elles sont connectées ou qui elles RT (retweetent) par exemple ou bien leurs listes. Après, le but du jeu n’est pas de cloner son réseau à celui de son voisin ou de rester entre-soi dans son groupe (pensez à l’après MOOC par exemple) comme le souligne @batier dans cette causerie mais aussi de construire son propre réseau et trouver des personnes avec qui vous partagez le même intérêt. Perso, quand j’ai débuté sur les réseaux sociaux, j’ai suivi tous les blogs et sites de mes flux RSS qui avaient un symbole Twitter sur leur site. Bon maintenant je suis plutôt les personnes qui sont derrière ses comptes, certains community manager (pas tous mais ceux qui me parlent et que je trouve sympathiques). On peut aussi faire des recherches de mots ou hashtags pour savoir qui parlent d’un sujet : ensuite un oeil sur le profil, la bio et un autre sur les tweets et voir si la personnes est une personne ressource intéressante à suivre (Je fais comme ça aussi pour savoir si je m’abonne ou pas à ceux qui s’abonnent à moi.)

– Faire connaître sa présence sur les réseaux sociaux et échanger, participer à des groupes sur Facebook, LinkedIN et Viadeo. Pour recevoir, il faut d’abord partager.

Mentionner les gens, en reprenant leur tweet par exemple, en commentant intelligemment, montrer que vous intéressez à eux et que vous avez envie d’échanger sur le sujet… Un peu d’autopromo certes pour se faire connaître mais pas trop sinon c’est vite soûlant pour les autres, on est vite considéré comme un « spammmeur ». Il faut se faire remarquer mais il faut surtout être sympathique. Et après oui s’opère parfois la magie des réseaux sociaux : votre blogueur préféré vous répond ou vous suit… quand vous posez une question on vous répond comme j’expliquais dans cet article Se lier (voir aussi mes conseils dans cet article pour qu’on vous réponde), ou que vous trouvez de belles pépites grâce à une de vos personnes ressources qui vous permettra d’avancer sur votre propre réflexion. Là s’opère la magie des réseaux sociaux mais je peux vous affirmer que ça ne se construit pas du jour au lendemain. A vos réseaux et surtout prenez du plaisir 🙂

Publicités

Comment j’ai épinglé #ITyPA ?

Depuis que j’ai commencé ce cher blog « ITyPA possible », je vois bien qu’il manque cruellement d’illustrations. Je remercie les visiteurs du monde entier (eh oui 18 pays, dont majoritairement la France ok) qui ont malgré tout lu mes articles jusqu’au bout (je n’irais pas vérifier) et même commenté. Merci, c’est très encourageant je dois reconnaître même si c’est très prenant et fatiguant, un blog…

Pour rattraper mon retard illustration, j’ai commencé depuis quelques jours un Pinterest, the dernier outil à la mode de ces derniers mois qui ne sert pas à planter des choux mais à « épingler » des photos, des vidéos et aussi depuis peu également des slideshares (diaporamas en ligne).


[Pour allez voir l’article en référence avec l’illustration, il suffit de cliquer 2 fois sur l’image : 1 fois pour l’agrandir, et 1 fois pour se rendre sur le lien référent]

Pinterest n’est pas le seul de ce genre, sans doute même pas le meilleur mais celui-ci est plus connu (à fond le marketing ?). Et s’il est connu c’est un avantage il y a plus de monde, comme c’est media social (de type visuels photos…) on ne se retrouve pas tout seul. Enfin il y a surtout pour l’instant des anglophones mais comme c’est visuel j’arrive à peu près à comprendre…. Ceci dit je viens de lire que Pinterest parlait désormais français . Et Pour comprendre Pinterest en 60
secondes
, vous pouvez regarder cette petite vidéo.

Bref j’ai créé un board… oups un tableau je voulais dire (hommage au MOOC francophone) spécial MOOC ITyPA pour y indiquer ce qui me passait sous la main au départ pour illustrer le MOOC en général puis maintenant de plus en plus les EPA les fameux environnements personnels d’apprentissages. Et je dois dire que les participants sont très actifs je les remercie, il y a de belles mind maps pour la réflexion, les 1ers EPA illustrés commencent aussi à arriver. Certains font preuve d’originalité je pense comme l’EPA planètes de @T_Num64

Et moi ? ben j’y suis pas encore mais j’admire vraiment toutes ces belles illustrations et j’essaie de trouver de l’inspiration. Juste dommage qu’avec cet outil, on ne puisse pas faire un Pinterest à plusieurs ou qu’on ne puisse pas suggérer des liens (ou alors je n’ai pas trouvé comment faire).

Enfin si vous avez vu de belles illustrations, n’hésitez pas à me les indiquer en commentaire pour agrandir ma collec’.

Et maintenant comment je MOOC ? – part. 1 : se lier #ITyPA

Après le pourquoi je me suis inscrite au MOOC IYPA, je tente le comment. Je viens de rajouter « part. 1 : se lier » dans le titre pour faire style pro et se repérer parmi tous les titres proposés par les participants mais honnêtement à cette heure, je ne sais pas s’il y aura réellement plusieurs parties et de quoi sera fait le prochain article, construction au fur et à mesure en fonction de l’inspiration et des différentes séances… on verra bien pour ma part.

Un réseau : des noeuds et des liens, réalisé avec inmaps.linkedinlabs.com

J’ai eu envie de réécouter l’introduction du MOOC pour un peu mieux comprendre où j’étais, et comment j’allais me sortir de ce MOOC (Massive Open Online Courses). Penser cela au bout de seulement 2 jours, au moins on peut dire que l’effet réactif est assez efficace (ça vaut bien au moins un trimestre de fac !) 🙂

L’avantage de la vidéo du cours en ligne, c’est que je peux la réécouter en même temps que j’écris l’article en faisant des pauses et en revenant en arrière, bien pratique. Pour l’instant, je ressens plutôt l’effet massif du M du MOOC. Mais d’après Dave Cormier qui est intervenu lors de cette séance d’introduction (l’inventeur de l’acronyme MOOC, « c’est de sa faute » comme il dit lui-même en plaisant), il paraît que dans un MOOC, plus on est nombreux mieux sait ! Bah s’il le dit mais c’est fichtrement le bazar comme première impression je trouve. Toujours d’après Dave Cormier, la magie avec les MOOC, serait ce que les participants mettent en place. Dans ce type de MOOC, on est dans une logique de connectivisme, ce n’est pas le savoir qui est important mais le partage, les réseaux, les connexions.

Avec la surabondance d’informations, il faut faire des choix ah voilà c’est bien là tout le dilemne avec les 900 participants. Je ne pense pas que l’on puisse tout lire et échanger sur tout, désolée je ne suis pas wonderwooman. Oui il faut accepter « le noyage » comme disait Dave… mais on peut aussi commencer à réfléchir sur comment s’organiser pour ne pas passer à côté de tout…

Je vais passer à la pratique et indiquer comment j’ai sélectionné mes premières lectures pour ITYyPA. Après c’est un début de méthode, en l’occurrence la mienne qui n’est sans doute ni la pire ni la meilleure non plus mais je partage.

Comme je le disais dans l’article précédent, je suis adepte à Twitter qui est un outil que j’utilise beaucoup. C’est donc naturellement avec cet outil que j’ai commencé par trouver et lire des articles ITyPA. Twitter est un outil intéressant pour la veille à condition de l’ajuster à ce que l’on souhaite. Au début, c’est simple on n’a pas beaucoup de followers (=abonnés), c’est plutôt par la suite que ça se complique. Pour ceux qui ne connaissent pas encore Twitter, on peut utiliser un hashtag (ou mot clic) qui permet de suivre un même sujet. Pour cela, on met un # devant un mot, il suffit ensuite de cliquer dessus pour retrouver les twittos qui parlent du même sujet. Là, c’est plutôt simple pour ce MOOC, à priori à part vous chers co-MOOCers, personne d’autres n’utilise ce hashtag #ITYPA on obtient donc un beau flux de tweets avec un langage un peu extraterrestre au début j’en conviens mais on s’habitue vite !

Quand on suit beaucoup d’abonnements comme moi sur Twitter (mais je tiens à dire quand même que j’en suis moins que de participants au MOOC ITyPA… et là je ne sais pas si ça doit me rassurer ou pas sur ce MOOC), on essaie de s’organiser et d’utiliser des applications pour essayer de le rendre plus ergonomique et adapté. Donc pour cela, j’utilise un autre outil Hootsuite (un peu équivalent à Tweetdeck pour ceux qui utilisent). Les colonnes de ce genre d’outils sont très pratiques car elles permettent de sélectionner certaines infos de sa timeline. Tout ça pour dire qu’avec ma colonne #ITYPA, créée le temps du MOOC, je vois mieux ce qu’il se dit du MOOC à la fois les articles twittés mais aussi les éventuels questionnements des autres participants. Si je peux répondre, je n’hésite pas et en plus comme je suis une fille sympa, si je vois des nouveaux, je fais un petit coucou. On est dans la problématique se relier ! Je ne crois pas que j’utiliserai de listes parce qu’il faut trop souvent les mettre à jour, je ne sais pas si ça vaut le coup sur une durée si courte. Éventuellement je m’abonnerais à celles d’autres participants, si elles sont bien. Il y en a déjà au moins 7.

Comme tout ne se passe pas sur Twitter j’en suis consciente, je me suis demandée comment j’allais pouvoir suivre dans un premier temps et échanger avec les autres participants. J’ai un peu essayé le forum mais je dois dire que son format m’a un peu découragé au début, il me semble que celui-ci est mieux oragnisé depuis (ouf!). Dans les forum,iIl faut être dans la bonne case de la rubrique du sujet pour lire, poser une question, échanger…

Pour ce qui est de suivre les autres participants, j’ai indiqué le RSS du pipes tout fait sur mon blog mais ça reprend aussi pas mal de tweets. Après ce matin, je me suis posée des questions et je me suis aussi servis de Twitter car je me sentais bien seule sur ce blog. Genre ça ne sert à rien d’être sur un paquebot MOOC si t’es tout seul à côté dans ta barque à ramer comme une malade ! Et j’ai eu quelques réponses suffisamment déjà pour aller un peu plus loin.

[Edit suite à un commentaire : pour récupérer les tweets comme ci-dessous, j’ai utilisé l’outil Storify pour que les liens restent cliquables]

  1. Sur Twitter on peut poser des questions, même à propos du MOOC en rajoutant le hashtag #ITyPA
  2. igruet
    Question du jour : dans un WordPress y-a-t-il moyen de suivre des blogs dans une TL comme sur Tumblr ? #ITyPA
  3. Sur un MOOC on peut se sentir seule
  4. igruet
    me sens trop seule dans ce blog… elle est où ma communauté ? … éparpillée dans 1000 outils #ITYPA
  5. Sur Twitter, on peut avoir des réponses
  6. plerudulier
    @igruet Oui, il suffit de s’abonner et, pour les lire, cliquer sur ‘Reader’ (coin sup gauche) : https://wordpress.com/#!/read/ #itypa
  7. Je suis tellement contente que je repartage cette découverte 
  8. igruet
    Les articles de blogs wordpress qui parlent d’ #ITYPA se trouvent ici > http://ow.ly/egJ9x Merci @plerudulier
  9. igruet
    @audece oui j’espère mais ce n’est pas simple la multitude des outils employés, j ai au moins réussi à suivre blogueurs wordpress – #itypa
  10. Et je tombe sur un article dont le titre tombe à pic pour commenter d’un « je résiste »
  11. igruet
    “Accepter le noyage” http://ow.ly/egJv7 je résiste encore un peu #ITYPA :))
  12. Je réponds à @audece qui cherchent les autres blogs (hors WordPress)
  13. igruet
    @audece et quelques blogs #ITYPA sont aussi indiqués dans le blog de @plerudulier http://ow.ly/egJG5
  14. Et j’en profite pour essayer de la relier au sien
  15. igruet
    @audece est-ce tu me dire le nom de ton blog. En plus après il faut jouer après au jeu « A qui c’est le blog ? » ou « C quoi ton blog ? » #ITYPA

Moi qui commençais à m’ennuyer sur Twitter, je dois dire que cette expérience moocienne est formidable pour échanger avec d’autres, sortir de l’entre-soi et du train-train de ses abonnements.

Donc voilà comment j’ai réussi à suivre quelques blogs et je viens de voir qu’un autre participant expliquait aussi comment suivre d’autres blogs WordPress et trouvait cette fonction géniale, je partage. Et on reçoit des ping quand on est cité dans un article (et Ping !).

Par contre, dans ma liste de suivi de blogs wordpress (sorte de timeline de blog), j’aime bien quand il y une petite image pour repérer à qui qui est l’article plutôt que le W impersonnel. Je pense qu’il vaut mieux personnaliser son Gravar (tu parles d’un nom !), pas forcément en mettant sa vraie photo mais au moins une image pour se repérer plus facilement. J’y ai mis la même que mon compte twitter comme ça vous ne serez pas perdu même si volontairement (au départ) je n’ai pas mis le même pseudo ni mon nom (mais vous pourrez le trouver très facilement) pour écrire sans avoir à trop y réfléchir.

Après comme prochaines étapes, il reste ensuite à lire, à sélectionner, à annoter, à stocker, à arranger, à partager, à échanger sur les articles ou les outils qui nous plaisent le plus, j’aurais certainement l’occasion d’en reparler dans des futurs articles puisqu’à priori c’est un peu le thème du MOOC et que je suis là pour ça.